X
Client Advisor
En partenariat avec l'Institut des Métiers d'Excellence LVMH
En savoir plus

Sandrine Poupon, Directrice de l’EIML Paris, invitée par France Culture pour l’émission « Les nouvelles routes du diamant »

Publié le 7 janvier 2020

Si elles scintillent, les pierres précieuses et en particulier les diamants révèlent parfois des tensions géopolitiques majeures, surtout avec l’arrivée de nouveaux acteurs économiques. En qualité d’experte, Sandrine Poupon, Directrice de l’EIML Paris a participé à l’émission « Les nouvelles routes du diamant », diffusée le 28 décembre dernier sur France Culture

 

Emission France Culture - Diamants$

 

Malgré sa réputation de valeur d’échange dans des conflits sanglants, le diamant fait toujours autant rêver. En témoigne, l’acquisition récente pour 14,7 milliards de dollars du joaillier américain Tiffany par le groupe LVMH ou l’achat par le joaillier britannique Graff, du second plus gros diamant brut au monde, de 1 111 carats à l’état brut, pour 57 millions de dollars en 2017.

Les diamants restent aujourd’hui majoritairement d’origine naturelle. Pourtant de nouveaux acteurs, des producteurs de diamants de synthèse, arrivent sur ce vaste marché concurrentiel. Ils proposent des diamants créés en laboratoire, présentés comme une alternative éthique et écologique à ceux issus des mines et vendus environ 30% moins cher.

Pour Sandrine Poupon, les jeunes générations, les millenials, sont plus sensibles aux critères éthiques et environnementaux concernant les diamants. Pas encore clients, mais prescripteurs, ils sont à la recherche de marques à la fois engagées écologiquement et responsables socialement. Le diamant de synthèse correspond à leurs attentes, bien qu’en rupture avec les codes inhérents à la joaillerie et à l’univers du luxe dans sa dimension traditionnelle.

L’important dans le luxe, et cela reste valable pour les diamants de synthèse, c’est de faire rêver le client. Au final, les détails techniques d’un produit de luxe s’estompent face à l’imaginaire véhiculé par le storytelling. Raconter une histoire, explique Sandrine Poupon, c’est l’occasion pour une marque de projeter sa vision visant à susciter de l’émotion, dans le but de vendre des produits à haute valeur ajoutée.

Naturel ou de synthèse, le diamant conserve sa promesse : distiller un peu de rêve et beaucoup de brillant !

 

L’émission est disponible en replay en cliquant ici.

200